Share Button
Le feu bactérien du pommier et poirier

Le feu bactrien fait partie des maladies redoutables du poirier et du pommier. Elle peut aussi s’attaquer aux autres rosacées fruitières et espèces sauvages.

feu-bacterien feu-bactérien-1
Verger de poirier dépérissant suite à une attaque de feu bactérien Verger de poirier dépérissant suite à une attaque de feu bactérien
Description des symptômes et dégâts

Au printemps après la floraison, les organes herbacées: inflorescences, feuilles des bouquets floraux et jeunes pousses flétrissent. Ensuite, ils se dessèchent et prennent une couleur brun-noir comme brulé au feu (poirier) ou une teinte rousse (pommier).

bouquet-floral-3 bouquet-floral
Flétrissement des jeunes pousses Flétrissement du bouquet floral

Les symptômes sont suivis par le dessèchement de l’organe atteint qui se recourbe en forme de crosse (symptôme caractéristique du feu bactérien).

image-feu-bacterien10 image-feu-bacterien11
Dessèchement des organes herbacés Dessèchement des organes herbacés

Des branches entières peuvent flétrir et se dessécher en quelques jours.

image-feu-bacterien8 image-feu-bacterien9
Flétrissement et dessèchement des branches Flétrissement et dessèchement des branches

Les organes herbacés et les jeunes fruits qui se momifient ne tombent pas et restent sur l’arbre, constituant ainsi un autre symptôme caractéristique du feu bactérien.

image-feu-bacterien7 image-feu-bacterien6
Feu bactérien sur poirier Feu bactérien sur pommier

Des gouttelettes d'exsudat d’abord laiteuses puis brunâtres et collantes, riches en bactéries et polysaccharides, s’écoulent à la surface des tissus infectés, avec une odeur caractéristique de rancissement.

image-feu-bacterien5 image-feu-bacterien4
Sécrétion d'exsudat Sécrétion d'exsudat

La maladie gagne successivement: les rameaux, les branches fruitières, les charpentières, le tronc. L’écorce s'affaisse aux emplacements atteints, d'où s’écoulent des gouttelettes d'exsudat jaune brunâtre. Sous l'écorce, le bois présente une couleur brun rougeâtre foncée.
A l'approche de l'hiver, la nécrose cesse de progresser et des chancres se forment sur les branches, les charpentières et le tronc.

image-feu-bacterien2 image-feu-bacterien3
Chancres sur tronc Chancres sur les branches
Cycle de développement

La pénétration de la bactérie (infection primaire) se fait soit lors de la floraison à la chute des pétales (ouvertures naturelles), soit après une chute de grêle ou autres accidents climatiques.
Lorsque l'infection a eu lieu, la bactérie gagne les espaces intercellulaires des parenchymes situés autour des vaisseaux conducteurs. L'infection se traduit par des nécroses des tissus dans lesquels évolue la bactérie; celle-ci progresse ensuite par les tiges.
La dissémination s’effectue par l’écoulement des gouttelettes visqueuses. Cette sécrétion, source d'inoculum, contribuera à propager la bactérie avec les insectes, les oiseaux, le vent, la pluie et l’utilisation de greffons issus de vergers infestés.

Conditions favorables

Le feu bactérien apparait lorsque les conditions climatiques (temps chaud) sont propices au développement de la végétation. La maladie évolue à des températures relativement élevées. L’optimum est de 18 °C. De fortes contaminations peuvent se réaliser à des températures de 20 à 30 °C par temps ensoleillé qui favorise l’activité des insectes.

Stratégie de lutte
La lutte préventive:

• Le feu bactérien étant très contagieux, il est conseillé de ne pas toucher les arbres infectés.
• Apurer l’inoculum en taillant les parties de bois malade, descendre au-dessous de la zone touché (20 cm au-dessous).
• Après chaque coupe désinfecter les sécateurs à l’eau de javel 2% ou à l’alcool à bruler.
• Incinérer immédiatement le bois de taille.
• Raisonner les apports de fumure azotée.

• Lutter contre les insectes piqueurs-suceurs (pucerons, psylle, cicadelles).
• Eloigner les ruches à plus de 3 km des vergers infesté.
• Supprimer les fleurs tardives (floraison secondaire sur bois d’un an)
• choisir des variétés résistantes. Santa Maria semble la plus sensible en Algérie (capacité florifère importantes, durée importante de la période florale)
• Pour les pépinières, ne pas prélever des greffons à partir des zones infestées.
• Pour les nouveaux vergers, ne planter que des plants indemnes.

La lutte chimique:

Aucun traitement curatif n’est, à l’heure actuelle, efficace sur la bactérie installée. Il est préconisé d’utiliser les produits limitateurs de croissance, stimulateur de défense naturelle des plantes et biostimulants. Ces produits permettent de freiner le feu bactérien et de réduire la sensibilité de l’arbre, mais ne l’éradiquent pas définitivement.
Profert vous préconise d'utiliser Régalis dans le programme de lutte contre le feu bactérien.
Regalis est un limitateur de croissance, avec effet sur le feu bactérien, il contient 10% de prohexadion calcium, il est également stimulateur de défense naturelle.
Effectuer 2 traitements de Regalis à la dose 1,5 kg/ha espacés de 10 jours:
le premier traitement au stade pleine floraison (stade F2) qui correspond à des pousses de 5 cm de longueur au maximum.
le 2eme traitement, 10 jours après.
Regalis Intervient dans le métabolise des phénylpropamid, baisse la sensibilité des tiges feuilles et fruits par rapport aux infections secondaires du feu bactérien.
Regalis diminue l’élongation des pousses, leurs extrémités deviennent plus épais et durcissent précocement. Les feuilles et les pousses attirent moins d’insectes suceurs réduisant ainsi les infections secondaires.
Regalis provoque l’accumulation des flavonoïdes et autres phénols toxiques pour la bactérie. Les flavonoïdes jouent un rôle dans la stimulation de la défense naturelle.
Regalis permet de raccourcir les pousses ce qui, au bout de trois ans réduit considérablement l’effort et le cout de taille hivernale et estivale.
Regalis attenue le phénomène d’alternance par un meilleur équilibre entre croissance végétative et mise à fruit.

- Produits Limitateurs de Croissance (produits cupriques)

Application avant floraison pour réduire l’inoculum primaire épiphyte, en attente de portes d’entrées.
• Naturam 5 (également stimulateur de défense naturelle): effectuer 2 applications à 3L/ha aux stades C3 (apparition boutons floraux) et D3 (fleur centrale en boutons roses).
Tradecorp Cu+Urée: Appliquer la défoliation, en poste récolte, au Tradecorp Cu à 10 kg/ha sur AFP et 8 kg/ha sur AFN,en mélange avec 10 kg d’Urée permet de cicatriser les blessures, grouper la floraison et raccourcir ainsi, la période de risque de contamination.
- Stimulateurs de Défenses Naturelles (SDN)
Aliette Flash: effectuer 3 Application à la dose de 4 à 6 kg/ha aux stades: E (fleur centrale en bouton rose), F1 (10 % de fleurs ouvertes) et G (chute des premiers pétales)
TrafosK + Delfan plus (en mélange) : effectuer2 applications aux doses de 500 ml/hl + 500 ml/hl aux stades E2 (couleur pétales visibles) et F2 (plein floraison), constitue un apport nutritionnel en potasse et en phosphore (sous forme phosphite) qui stimule la défense naturelle de la plante.
Boramin Ca: effectuer 3 traitementsà la dose de 400 ml/hl aux stades G (chute des premiers pétales), H (chute des derniers pétales) et I (nouaison). Le Boramin ca constitue un apport nutritionnel en bore et calcium, antistress, améliore la nouaison, cicatrise et augmente la rigidité des tissus.

Résultats des essais d’efficacité des produits contre le feu bactérien(Erwinia amylovora) sur poirier

maladies-bacteriennes2
Naturam 5 et Alliette Flash ont montré une très bonne efficacité contre le feu bactérien comparés aux autres produits.

verger-de-poirier-sain image-feu-bacterien1
Verger de poirier sain Verger de poirier ravager par le feu bactérien